Théâtre : monter sur selle

Tout journaliste ou blogueur, ayant posé un pas dans le monde prolifique des arts scéniques, sait ô combien, il ne se passera plus un jour sur cette terre sans que sa boîte mails ne se bedonne de dossiers de presse en tout genre. 

"Manèges" mise en scène: Carole Massana Photo: Au fil des nuages

Mise en scène:Carole Massana
© Théâtre Au fil des nuages

Parmi ces dossiers  reçus, certes s’y trouvent des créations scéniques multiples: de l’incomplet,  de l’abouti, du confirmé, du célèbre, et puis il y a les dossiers de presse plus personnels, ceux des compagnies qu’on a croisées un soir, par hasard, et qu’on a revues par la suite, ces compagnies dont les rencontres passées vous renvoient à un moment de votre vie personnelle, bref des compagnies dont il est souvent plaisant d’avoir des nouvelles,  mais aussi et surtout d’en donner.

Je vis cette histoire-là depuis 2010 avec une jeune compagnie de théâtre franco-allemande basée à Berlin, son nom  Théâtre Au fil des nuages, ses  deux fondateurs et membres: Christina Gumz et Clément Labail. La demoiselle est allemande et le monsieur est français; comédiens diplômés, ils se rencontrent en 2001 sur les planches du célèbre théâtre parisien Le Lucernaire.

De Paris à Berlin, il n’y a qu’un pas et qu’un projet. En 2007, ils montent leur propre compagnie de théâtre franco-allemande. Leur projet, interpréter dans leurs deux langues, le français et l’allemand, des pièces contemporaines dont ils sont en partie les auteurs.

La langue parlons-en !

J’ai rencontré en 2010 cette petite troupe, haut perchée sur la scène du théâtre Kulturfabrik du quartier Moabit à Berlin, au programme:  une courte pièce de Jean-Claude Grumberg « Les Rouquins » et de Thomas Bernhard « Le Mois de Marie ».

© Théâtre Au fil des nuages

© Théâtre Au fil des nuages

Une étonnante soirée où la personne qui m’accompagnait, professeur de littérature française à Paris et grande férue de théâtre, trouva l’expression juste pour décrire le jeu, le ton et la présence de ces deux comédiens : « Ils sont revigorants! ».

À l’époque, chacune de leurs montées sur scène se poursuivait amicalement autour d’un verre où le public francophone et germanophone, amateurs  ou confirmés pouvaient, en compagnie des deux comédiens, débattre sans retenue,des thèmes traités au cours de la représentation.

Une cohérence théâtrale.

Au-delà de leur prise de position pour jouer dans deux langues, ce qui détonne particulièrement dans la pratique du spectaculaire de cette compagnie est  la résonance qu’ils donnent à une pensée socio-théâtrale chère au sociologue Erving Goffman : « Tout terrain est un terrain spectaculaire auquel on peut participer » autrement dit qu’une pratique du spectaculaire reflète un certain nombre d’investissements et de thématiques sociales possibles. « Pour moi,  explique Christina,  le théâtre est un lieu d’échange, de paroles et d’écoute partagés. Un lieu de rencontres.» Il apparaît donc naturellement et poétiquement clair pour la comédienne que « faire du théâtre aujourd’hui c’est « aller vers », c’est un espace de liberté, de questionnements, d’émotions. Faire du théâtre, ça pourrait être préparer un plat, un grand plat… »

Ce n’est pas nouveau, mais c’est aussi ça faire du théâtre!

Bousculer les codes et les rituels théâtraux tant du côté spectateurs que du côté des faiseurs de spectacles. Mais il y a ceux qui le disent et ceux qui le font !  Le nouveau grand projet de Christina et de Clément  est de ce cru-là. En 2015 la compagnie quittera Berlin, direction Paris, en passant par la Belgique, pour une tournée théâtrale à vélo.

Quand on partait sur les chemins…

Dès l’année prochaine, les deux comédiens ont donc décidé, d’un commun accord, de mettre pour quelques mois, entre parenthèses, leurs activités berlinoises pour porter sur les routes allemandes belges et françaises, une de leurs créations scéniques Manèges- Kreise,  pièce qui paraîtra prochainement  aux éditions A Verse.

Un road movie théâtral

Plantons le décor ! En cette année de commémoration des 100 ans de la guerre de 14-18, un tel projet donnera de la voix et n’aura pas fini de faire écho. Pendant deux mois et demi, les deux comédiens enfourcheront leur fidèle destrier à deux roues, et c’est en revêtant les oripeaux de Maria et Pierre, les deux personnages burlesques de leur pièce, que Christina et Clément se feront les témoins, les observateurs et les démonstrateurs de diverses problématiques sociales et personnelles. Une tournée à vélo de 1300 kilomètres, où il sera question  de crapahuter et de dévaler les routes de trois pays voisins et européens (Allemagne, Belgique, France), n’est pas anodine, l’acte physique, les rencontres et le cheminement qui y seront exercés,  au jour le jour, coup de pédale après coup de pédale, offriront leurs lots d’imprévus, de lyrisme et d’improvisation à chaque représentation jouée.

Les chiens aboient, les vélos passent

Ce projet a de l’intelligence dans le guidon et de la cohérence dans les pédales. Cette tournée théâtrale à vélo, fait sens autant humainement qu’artistiquement, comme nous l’explique Clément : « […] A vélo, c’est une aventure, un vrai voyage, on a le temps de voir… Désir de voyager, d’aventure, deux choses aussi omniprésentes dans la pièce. […] Le vélo correspond aux personnages, de notre pièce (Maria et Pierre) qui ont besoin de se bouger pour sortir de leur train-train, de leurs habitudes, de leurs peurs. La lenteur est aussi un thème abordé par Pierre, bien que souvent tournée en ridicule par Maria. Mon personnage se repose en effet trop sur ce qu’il a, il tourne en rond, il a tendance à broyer du noir. Les roues du vélo, à vide, tournent en rond – en prise avec une route, un chemin, et sous la seule impulsion de nos muscles, ça avance. »

La théâtralité est dans la vie quotidienne. 

La Compagnie garde son cap! Cette pièce ouverte à tous sera jouée intégralement en allemand en Allemagne, et intégralement en français en Belgique et en France. En plus des représentations qui se dérouleront le soir dans chaque ville-étape, des ateliers de théâtre et de peinture seront organisés dans la journée par les deux comédiens: « Nous avons défini un premier parcours à l’avance, avec les contraintes qu’implique une trajectoire à vélo, c’est-à-dire une ligne assez continue, sans pouvoir faire trop de bons à droite et à gauche pour ne pas mettre un an. En fonction du répondant des premières villes choisies, nous allons adapter au fur et à mesure, et ensuite via les mairies, nous informerons les associations, les médiathèques, les écoles et les centres de jeunes, en coopération. »

Voyage, travail, argent, amour, liberté, désir, paix, scène de ménage… les plus jeunes spectateurs auront donc la possibilité de participer à la pièce en préparant un tableau sur les thèmes du spectacle. Le tableau réalisé sera intégré au décor le soir de la représentation correspondante.Tous les tableaux créés au cours de la tournée seront exposés à l’arrivée à Paris.

Il est encore possible d’apporter son aide financière ou de sponsoriser le projet. Afin d’annoncer la grande tournée de la pièce au public berlinois, ainsi qu’aux journalistes, aux partenaires et aux futurs sponsors, la Compagnie Au fil des nuages présentera en avant-première sa nouvelle création Manèges-Kreise: en français le mercredi 7 mai 2014 à 20 h et en allemand le samedi 14 juin 2014 à 20 h, au théâtre Ackerstadtpalast à Berlin.

Et pour celles et ceux qui, en Allemagne en Belgique et en France, désirent apporter leur aide et leur soutien sur place, aux villes-étapes, un carnet de route sous forme de blog sera tenu étape par étape par Christina et Clément.

En savoir plus :

http://au-fil-des-nuages.net/

Compagnie de Théâtre Au fil des nuages
Téléphone : + 49 (0) 30 34 08 40 05
Mobil: + 49 (0) 176 / 80 09 39 86

 

 

 

 

 

The following two tabs change content below.
aurora

Derniers articles paraurora (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *